4 jours/4 coins d’Ibiza: 33km de nage


4 jours/4 coins d’Ibiza: 33 km de nage, 11h, en solo sans assistance, adrénaline, stress, émerveillement, lutte contre éléments et moi-même, décor grandiose… des îles, des caps, des paysages magnifiques, de l’eau claire…Ces 4 nages sans ravitaillement, ni eau ni nourriture… oui sûrement un peu dingue mais c’est comme ça! Ma bouée et moi 😊… J’emmène du ravitaillement à partir de 10km…Un bras devant l’autre… vision alternative, un regard sur le paysage, un regard sur le fond marin…un bras devant l’autre… le bruit du bras qui plonge, celui de l’eau qui s’écoule telle une caresse ou qui me gifle lorsque la mer se réveille et décide de ne pas se donner facilement. L’écoute du corps qui s’endolorit, qui se fait chahuter par les vagues et le ressac, les dents se serrent et le souffle se fait plus profond pour s’extraire de ce cap, pour augmenter la cadence, pour faire face à ce courant qui me repousse… un bras devant l’autre… le contrôle du stress avant et pendant la traversée de channels fréquentés pour garder l’énergie pour le corps et non pour l’émotion, l’extrême vigilance qui ne doit pas atteindre l’efficacité du geste, le corps s’allonge, s’étire pour accélérer, régulièrement des regards jetés au loin à l’affût de bateaux, le sombre de la profondeur qui inquiète… un bras devant l’autre… avancer, atteindre ce cap, cette île… le soulagement et la joie de se retrouver à nouveau en sécurité près de la roche protectrice, découvrir ce qui se cache derrière, je m’émerveille alors face à l’intimité sauvage de la falaise… face à cette grotte qui se dévoile et m’accueille, avec l’incroyable sensation que procure d’être seul au milieu de ce décor hors-piste, et de pouvoir admirer, l’espace de quelques secondes, ce qui s’est offert à ma volonté… observé par la faune surprise… un bras devant l’autre… les douleurs apparaissent… la faim se fait sentir…. Je dois continuer, avancer… un bras devant l’autre… ne pas penser, se concentrer sur moi, sur mon bras qui s’allonge, sur l’objectif mais pas trop, ne pas se retourner, regarder le fond qui avance pour se rassurer, le lire pour estimer le courant… un bras devant l’autre… l’esprit se purifie de tout, se libère du factice, de la raison, de la morale. Euphorique, il se concentre sur le corps douloureux qu’il ramène sans se poser la question du temps, il va chercher dans les réserves pour actionner la machine… un bras devant l’autre… il se déconnecte des épaules enflammées, de la distance à parcourir. Il se centre sur le présent et s’exporte sur la satisfaction de la réussite, sur le plaisir de ce sentiment que j’aurai d’avoir réalisé mon petit défi perso… un bras devant l’autre… je jette des coups d’œil rapides sur mon cap pour ne pas rallonger la distance, mais pas trop pour rester focaliser sur le présent de l’action… un bras devant l’autre, mètre après mètre… au bout de soi… les moments de lutte alternent avec des moments où le corps se relance à nouveau… faire comme si tout allait bien, comme si cela faisait 10 minutes que je nageais… me mentir pour me sentir mieux… ne pas me laisser intimider par cette falaise qui ne s’éloigne pas ou ne se rapproche pas… un bras devant l’autre, mètre après mètre, je me ramène vers le monde. Je sais que j’aurais encore changé parce que j’aurais fait quelque chose, vu autre chose, apprécié avec un angle rare, mérité ce point de vue et réalisé ce que j’avais décidé de faire… Alors je retrouverai le monde en étant plus léger, en me connaissant mieux, en me disant que j’ai fait un truc différent, pas un exploit, juste quelque chose à ma dimension, que j’ai découvert un lieu pour lequel il a fallu que je me retrousse les manches pour à la fois le mériter et l’honorer. Ensuite… les bras s’arrêtent, l’esprit savoure, le corps réclame… tout redevient normal, même ce que j’ai réalisé je le trouve normal et non héroïque, c’est juste moi, rien à voir avec les exploits chronométrés des champions! J’ai alors envie de le partager pour offrir à ceux que ça intéresse la vue du Monde au ras de l’eau… Dans ce Monde hors du monde…Merci à tous pour vos messages d’encouragements, vos likes, commentaires et partages, vous m’avez accompagné dans mes aventures.

  • Jour 1: 9km. 2h40, cala Comte – tour de Isla sa Conillera. Nage de reprise 😊
  • Jour 2: 7km. 2h17, les 3 caps En Valls, Prima et Pinot. Nage combat contre éléments!
  • Jour 3: 8km. 2h57, punta des Moscarter, extrémité nord de l’ile. Nage émerveillement et découverte!!
  • Jour 4: 9km. 2h55, isla de Er Vedra. Nage all inclusive… intensité physique, stress, adrénaline, émerveillement, découverte,…

https://www.instagram.com/stephanekrause/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s